Première expérience avec Booking…




En ce moment, les événements se bousculent. Faire du locatif, c’est tout sauf un « travail » passif, je vous assure. Entre les travaux, la recherche d’artisans, la multiplication des contacts avec des organismes bancaires… et mon travail salarié, je continue à chercher des locataires pour mon appartement haut-savoyard. J’ai donc essayé la formule Booking. Et j’en pense quoi ?

Carroz

Mon annonce est aujourd’hui présente sur plusieurs supports (homelidays, Abritel, Trip Advisor, AirBnB, Amivac, Leboncoin…). Oui, comme je l’ai souvent répété dans mon livre (ici), on ne peut se permettre de ne pas multiplier les modes de promotion. En octobre dernier, j’ai également inscrit mon annonce sur Booking.

Booking, c’est LE mastodonte actuel de la location saisonnière. C’est surtout une plate-forme incontournable pour qui veut louer un appartement dans une grande ville, pour une ou deux nuitées. J’ai d’ailleurs reçu nombre de « bons retours » sur ce site internet. Le souci, c’est sa rigidité… et les commissions qu’ils prennent. Désormais leader sur son segment, Booking se prend une marge… conséquente. Ainsi, pour une semaine facturée à 1400 €, Booking prend 220 € de commissions. Pour ceux qui trouvent que Homelidays est cher, ils réviseront peut-être leur jugement…

Bref, depuis octobre, pas une seule demande. Il faut dire que mon mon calendrier hivernal est quasiment rempli. Mais en utilisant Booking, j’espérais attirer des clients étrangers à la morne saison, pour deux ou trois nuitées, qui voudraient découvrir les charmes d’Annecy, Genève ou Chamonix… au prix fort. Mais rien de rien…

Jusqu’à cette semaine. Là, surprise. Je n’avais pas rentré de nouvelles périodes de location pour l’hiver 2016. L’hiver 2016, vous imaginez ? J’en suis à tenter de remplir les cases pour l’été 2015. Nous ne sommes qu’à la mi-janvier 2015. Alors 2016… cela pouvait attendre. Sauf que Booking a continué à laisser mon tarif de base, soit 200 € par nuit. Et un Australien a trouvé le moyen de me réserver 7 nuits consécutives, du mardi au mardi, à cheval sur les semaines de Noël et Nouvel An. En gros, à 1400 € la semaine (sans compter la grosse com de Booking), c’était la Cata. Ben oui, la semaine de Nouvel An sera affichée au prix de 2000 € en 2016. Et celle de Noël à 1700 €.

Je dois l’admettre, je n’ai pas été très vigilant. J’étais persuadé (oui, je suis naïf), que j’avais un pouvoir de décision, comme sur AirBnB. Mais non ! Je ne suis jamais parvenu à indiquer dans les restrictions « du samedi au samedi ». Et comme je pensais pouvoir discuter avec les locataires potentiels, je ne me suis pas affolé.

Sauf que cette semaine, j’ai attrapé un coup de chaud. La semaine était réservée. Et un gentil monsieur, au français impeccable, basé aux Etats-Unis, travaillant pour le géant américain, m’a affirmé que je ne pouvais rien faire. Je devais m’asseoir sur de substantiels revenus. J’étais surtout frustré de n’avoir aucune prise sur mes locations.

Au final, après quelques mails à ma « locataire » australienne, elle a décidé d’annuler sa location. Ouf. Booking, pour moi, pour mon appartement haut-savoyard, c’est terminé. En revanche, pour une location à Paris, Reims, Auxerre ou Bourges, je recommande. En connaissance de cause…




4 Responses to Première expérience avec Booking…

  1. Salut,

    J’ai fait également l’expérience pour mes locations à la nuitée sur Nantes. Et je suis rapidement parti !

    J’avais des fausses réservations puis des gens qui ne voulaient pas payer, ensuite comme tu dis chez Booking c’est le client qui est ROI et toi et bien tu n’as aucuns contrôles sur tes réservations. Ils prennent et puis c’est tout. Tu n’as pas le choix de dire oui ou non.

    Bref même pour les autres villes perso je déconseille. Je ne suis plus chez eux depuis 6 mois et j’ai toujours autant de réservations.

    Paul

  2. Bonjour,

    Quelle idée de s’inscrire sur cette plate-forme aux commissions plus que prohibitives.

    Juste une précision la location saisonnière à Paris est illégale sauf à louer son propre appartement quand on ne l’occupe pas.

  3. Jamais je ne mettrai une annonce sur ce site dont la comission faramineuse s’apparente à du racket. Après les hôtels, ils s’attaquent à la loc saisonnière. Abritel en prend le chemin. Il est désormais possible, voire conseillé de déposer une annonce à la comission. Plus de visibilité que les annonces au forfait, même leurs forfaits métalliques farimineux à plus de 900€ l’année.
    Ils vont ainsi copier booking, attirer à eux de nombreuses loc et par conséquent de nombreux vacanciers en recherche, et lorsqu’ils auront le monopole, augmenteront progressivement leur comission… Prise exclusivement sur le proprio, à l’inverse de Airbnb. Laisser 20% de mes revenus ( tarif booking pour les hôtels) juste pour du référencement internet, faut quand même pas pousser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>